Avertissement : nous n’avons pas terminé le jeu. Bat vient de passer 70h dessus. Il n’a pas fini son aventure, il poursuit toujours. Cet avis n’est donc pas un test exhaustif et pourra évoluer.

« Elden Ring, ma drogue du moment » – Bat

Les Souls, des jeux de niches ?

En une petite dizaine d’années, From Software a profondément marqué le monde du Jeux Vidéo ainsi qu’une partie des joueurs. Une partie seulement car depuis Demon’s Souls, les jeux du studio ont la réputation d’être très difficiles pour une partie des joueurs, tandis que les initiés préféreront parler d’exigence. La réalité est toute fois entre les deux, la difficulté des titres provenant majoritairement de problèmes de caméra et de hit-box. Quoiqu’il en soit, fier de cette réputation, From Software a continué de séduire les « pro-gamers » en poursuivant la quête de l’exigence.

Elden Ring, nouveau né du studio, promettait l’accessibilité (et non la facilité) aux joueurs, toujours prêts à relancer des débats sur les réseaux.

The Ring of Fire

Comme d’habitude, la narration d’un jeu FS est profondément riche, complexe mais surtout cryptique et demandera aux joueurs de faire des efforts de lecture et de recherche pour (tenter) de comprendre tous les tenants et aboutissants de l’Histoire. Vous y dirigerez un sans éclat sur l’entre-deux-terres afin de réparer les catastrophes causées avant les événements du jeu. GRR Martin, l’auteur de Game of Thrones, a rejoint l’écriture. Ne vous attendez pas un bouleversement dans la narration, son travail ne se ressent que parmi certaines thèmes de fond abordés (Famille, Recherche du pouvoir,…)

L’écriture dans la beauté

Plus que les personnages et les objets, ce sont le décor, la direction artistique et le level-design qui racontent des histoire. Malgré quelques faiblesses graphiques (particulièrement du clipping), le jeu est époustouflant. A chaque regard posé, le joueur ne peut que s’émerveiller du grandiose de la nature, de la splendeur et de la démesure de l’architecture. Chaque zone du jeu est un spot à capture d’écran, tant qu’il en est dommage de ne pas avoir la présence d’un mode photo.

Une intelligence dans l’Open World

Il faut parfois ne pas hésiter à prendre la fuite

A première vue, Elden Ring ne peut sembler n’être qu’un « Souls » de plus. Ce serait oublier l’inoubliable, l’entre-deux-terres est un gigantesque monde ouvert. From Software ne se contente pas d’élargir sa zone de jeu en succombant aux sirènes de la mode actuelle, ce serait trop simple. Non, Elden Ring bouscule les codes et en écrit de nouveaux, poursuivant et s’imposant sur le chemin commencé par Zelda Breath of The Wild. Ce dernier, poussait à l’exploration continue tout en ajoutant plusieurs mécanismes de jeu (jouant pour la plupart sur la physique du jeu). Ici, aucune expérimentation n’est proposé aux joueurs, seulement une exacerbation de la curiosité, poussant toujours à explorer, encore et encore. Plusieurs fois, nous pensions gruger le jeu et passer par des chemins « non-prévus » en enchaînant les sauts improbables pour finalement nous rendre compte que le game-design nous poussait subtilement à suivre ce chemin.

La gigantesque Map du jeu.

On ne change pas une formule qui marche

C’est beau !

Tout ce qui fait l’identité des Souls, de Bloodborne et de Sekiro est là : perte de l’expérience à la mort, les feux de camps, les builds à construire, la forge, les ennemis gigantesques, les tâches de sang, les fantômes des joueurs, etc.

Le jeu démarre par la création de son avatar et le choix de la classe, qui comme d’habitude n’influence que très peu l’évolution du personnage pour enfin laisser le joueur mourir dans d’atroces souffrance dès le début du jeu, histoire de le mettre dans le bain.

On la renouvelle

Elden Ring propose bien évidemment quelques nouveautés. Particulièrement dans tout ce qui à trait aux déplacements : il est désormais possible de s’accroupir, de sauter en ne pressant qu’un bouton (vive les attaques sautées et les sauts à l’aveugle pour trouver des chemins parallèles), les dégats de chûtes sont également plus permissifs qu’auparavant. 

Les cendres de guerres font également leur apparition. Attachées à une arme, elles permettent d’attribuer un coup spéciaux plus ou moins ravageur et peuvent renverser le déroulement d’un combat contre quelques points de magie, de la vie ou de l’endurance.

Toujours dans cet optique de rendre le jeu plus abordable, il est désormais possible de faire appel à des invocations permettant, à défaut de faire de gros dégâts, d’attirer l’attention des ennemis, vous permettant de souffler un peu et placer quelques coups plus sereinement.

Le combat à cheval est une des plus grosse nouveauté de la série. Bien qu’étant un élément jouissif de l’exploration, Torrent, votre monture, vous permettra de rester très mobile sur certaines confrontations, vous donnant un avantage plus que nécessaire.

Toutefois, attention, le jeu n’en est seulement que plus accessible, il restera dur, vous allez galérer sur certaines zones et combats et, à un moment, vous serez confronter à un mur de difficulté plutôt corriace. Elden Ring est toujours ce jeu exigeant adulé par la communauté des Souls, il vous accompagnera juste plus facilement dans votre frustration, vous permettant d’explorer le vaste monde avant de revenir mettre une fessée à un boss ardu.

Conclusion

Elden Ring est fabuleux. En reprenant les codes des Souls tout en les dépoussiérant sans les dénaturer un instant, From Software le rend plus accessible que jamais.

Soyons clair, le jeu reste très exigeant et sa difficulté n’est pas baissée mais l’Open World permet aux joueurs de gérer plus facilement la frustration liées à certains murs de difficultés présents dans le jeu.

L’Open World enfonce une porte bien violemment, au même titre qu’il y a eu un avant et un après Zelda BOTW, il y aura désormais un avant et un après Elden Ring.

Visiter les mondes d’un Souls n’aura jamais été aussi plaisant tant chaque décor vient flatter la rétine, Elden Ring est magnifique. Il reste bon cependant de préciser que même sur PS5, le jeu souffre parfois de baisse de framerate et ses textures sont datées. Elden Ring est un jeu à faire absolument, il vous fera souffrir mais il vous donnera une leçon de level-design et de game-design incomparable.

On a regardé pour vous le State of Play sur Hogwarts Legacy

Le dernier Quiz Dit Mieux, spécial Rap français